Ces femmes qui bousculent les codes d’Hollywood

On est dimanche, et le dimanche, c’est sacré! Chez Viksen, c’est notre seul jour de fermeture alors on essaie d’en profiter un maximum! Mais le soir, on aime bien se faire un petit moment cocooning devant une bonne série ou un bon film. Depuis un ou deux ans, il y a un vrai changement à Hollywood et dans l’industrie du cinéma en général concernant l’image. Image de soi d’abord: la manière dont les autres nous perçoivent, et le fait de dissimuler ses failles ou de s’en servir comme des forces. Image du corps ensuite: l’existence de normes de beauté toujours plus exigeantes et l’obligation de se contraindre à les atteindre. Image de la femme aussi: créer une liste artificielle de comportements et de choix de vie appropriés aux femmes, et au final enfermer les personnages féminins dans des rôles prédéfinis.

De plus en plus de voix se font entendre pour critiquer cet ordre établi, et on est absolument ravies. Il reste encore beaucoup à faire, mais voici une liste non exhaustive des femmes qui sont en train de transformer Hollywood, le cinéma et les séries. Go girls!

– Jennifer Lawrence refuse de s’affamer pour son rôle dans The Hunger Games

L’actrice américaine, héroïne de la trilogie The Hunger Games, n’a que 24 ans mais fait déjà preuve d’une belle maturité sur les questions d’image.

“A Hollywood, je suis obèse. Je suis considérée comme une actrice grosse. Je mange comme un homme des cavernes. Je serai la seule actrice que l’on ne soupçonnera pas d’anorexie! Je ne m’affamerai jamais pour un rôle. Je suis invincible. Je ne veux pas que des petites filles disent: “Oh, je veux ressembler à Katniss [son personnage dans The Hunger Games], je vais sauter le dîner!”

– Ellen Page a fait son coming-out début février

L’actrice canadienne Ellen Page a débuté dans des films plutôt indépendants (notamment l’excellent Juno), avant de jouer dans de grosses productions comme Inception ou From Rome with Love de Woody Allen. Elle a fait son coming-out à une conférence intitulée Time to Thrive (Il est temps de s’épanouir) organisée par une association qui se bat pour les droits des LGBT. Son discours est extrêmement émouvant et très courageux.

Extrait: Je suis ici aujourd’hui parce que je suis gay. Et parce que… peut-être que je peux changer les choses. Pour aider les autres à vivre une vie plus simple et avec plus d’espoir. Aussi parce que je sens que j’ai une obligation personnelle et une responsabilité sociale.

Je le fais aussi égoïstement, parce que je suis fatiguée de me cacher et fatiguée de mentir par omission. J’ai souffert pendant des années parce que j’avais peur d’être « découverte ». Mon esprit en a souffert, ma santé mentale en a souffert et mes relations en ont souffert.

Et je me tiens ici aujourd’hui, avec vous toutes et vous tous, de l’autre côté de la barrière de cette douleur. Je suis jeune, oui, mais j’ai appris que l’amour, sa beauté, sa joie et même sa douleur, est le plus incroyable cadeau qu’un être humain puisse donner et recevoir.

– Mindy Kaling remet les journalistes en place

Mindy Kaling est à la fois une actrice, une scénariste et une productrice de talent. Elle a crée en 2012 sa propre série télé, The Mindy Project. Elle y joue le rôle principal: celui d’une gynéco avec un grain de folie qui raconte ses péripéties professionnelles et amoureuses. Oh, et il s’avère que cette médecin est aussi un peu grosse et d’origine indienne, ce qui suffit à la faire détonner dans le paysage très lisse des séries hollywoodiennes.

On me demande toujours: “D’où te vient ta confiance en toi?” Je pense que ça part d’une bonne intention, mais c’est assez insultant. Ce que j’en comprends, c’est “Toi, Mindy Kaling, as toutes les caractéristiques d’une personne marginalisée. Tu n’est pas mince, tu n’es pas blanche, tu es une femme. Comment pourrais-tu avoir l’impression de valoir quoi que ce soit?”

– Rebel Wilson crée son propre chemin dans l’industrie du cinéma

L’actrice australienne Rebel Wilson a clairement dit qu’elle en avait assez des rôles traditionnellement dévolus aux gros à Hollywood (les rôles de loser, ou les rôles secondaires rigolos). Elle a donc crée sa propre série, dans laquelle elle interprète le rôle principal: Super Fun Night. Et comme d’habitude, elle fait éclater tous les clichés et nous fait rire aux larmes.

Je pense que toutes les femmes devraient juste être heureuses comme elles sont. Elles ne devraient pas avoir à se conformer à quelque stéréotype que ce soit. Essayez juste d’être heureuse et, je l’espère, en bonne santé.

– Gabourey Sidibe trace sa route sans se préoccuper des haters

L’actrice américaine Gabourey Sidibe a été révélée par son rôle dans Precious. Elle a aussi joué dans des séries télé comme The Big C. Elle s’habille comme elle l’entend sans jamais se préoccuper des réactions souvent violentes sur les réseaux sociaux.

Les gens me demandent tout le temps: “Tu as tellement confiance en toi. D’où vient-elle?” Elle vient de moi. Un jour j’ai décidé que j’étais belle, et j’ai continué ma vie dans la peau d’une belle fille… Ca n’a rien à voir avec la façon dont le monde vous perçoit. Ce qui important, c’est ce que vous voyez, vous. Votre corps est votre temple, c’est votre maison, et vous devez la décorer.

– Kate Winslet prône l’acceptation de soi, des autres, et surtout la sérénité

Depuis son rôle dans Titanic, Kate Winslet continue une belle carrière à Hollywood tout en ayant eu deux enfants. Le fait d’être mère l’a conduite à se poser des questions sur son rapport au corps et à l’image. Et elle a pris conscience de l’importance de la confiance en soi.

Etant enfant, je n’ai jamais entendu une femme me dire “J’aime mon corps”. Ni ma mère, ni ma grande sœur, ni ma meilleure amie, aucune femme ne m’a jamais dit: “Je suis si fière de mon corps”. Donc je m’assure de le dire à Mia [sa fille], parce qu’une vision positive de son corps doit commencer tôt dans la vie.

– Tina Fey et Amy Poehler se font la voix des filles sûres d’elles et ambitieuses qui sortent des clichés

L’actrice, scénariste et productrice américaine Tina Fey n’a pas peur de bousculer les codes des genres, notamment féminins. Le film Mean Girls (Lolita malgré moi en français), c’est elle qui l’a écrit, et malgré son emballage rose bonbon, c’est un vrai appel au féminisme. Avec la série 30 rock, qu’elle a produite et dans laquelle elle joue le rôle d’une femme de tête, elle prouve qu’une femme ne doit pas se sentir limitée par son sexe et ne doit pas avoir peur du succès.

Vous ne pouvez pas être cet enfant qui se tient en haut du toboggan à la piscine, et qui réfléchit trop. Vous devez sauter et vous laisser aller.

Sa bonne copine Amy Poehler, également actrice et productrice, partage à 100% ses idées. Elle joue le rôle principale de la série hilarante Parks & Recreation où elle interprète le rôle d’une apprentie politicienne ambitieuse et intelligente (et un peu folle, il faut l’avouer). Une série et un personnage qui sortent des éternels clichés féminins.

Je m’inquiète pour les jeunes filles parfois: j’aimerais qu’elles comprennent qu’elles peuvent être fabuleuses et épanouies et bizarres et un peu geek et intelligentes et indépendantes. Et non pas si frêles et fragiles.

Advertisements

2 thoughts on “Ces femmes qui bousculent les codes d’Hollywood

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s