F.A.Q: La ville en été

Après avoir répondu aux questions les plus fréquemment posées concernant la plage, nous nous attaquons à présent à un nouveau sujet brûlant: survivre en milieu urbain durant l’été. C’est parti, nous répondons à toutes vos questions, sans aucun tabous!

Y a-t-il moins de transports en commun durant l’été?

Oui. Ce n’est pas qu’une impression due à l’attente en plein soleil à l’arrêt de bus. Le rythme ralentit un peu, une partie des travailleurs étant allée se mettre au vert. N’espérez donc pas avoir plus de place dans le métro; vu qu’il y en a moins souvent, les rames sont toujours aussi pleines. Et en plus, il y a les touristes.

Est-ce grave si j’indique la mauvaise direction à un touriste?

Pas du tout. Ça arrive tout le temps. C’est presque une tradition. Dîtes-vous que le touriste est déjà heureux d’être tombé sur un autochtone qui comprend ce qu’il dit et qui essaie de l’aider. Et puis l’important, c’est de participer, pas de réussir. Tant que vous n’envoyez pas à Cergy un jeune couple qui souhaitait voir la Tour Eiffel, considérez que vous avez fait votre devoir de bon local.

Quelles sont les terrasses les plus sympas de Paris?

Forcément, notre boutique se trouvant à Paris, on est un peu limitées géographiquement concernant nos bonnes adresses à partager. N’hésitez pas à compléter en commentaires! On affectionne tout particulièrement celle du Fumoir, près du Musée du Louvre (excellents cocktails maison!), la grande terrasse en hauteur du 25 Degrés Est au métro Stalingrad (très bonne ambiance) et la petite cour de l’Institut Suédois dans le Haut-Marais, où vous pourrez en outre déguster un ficka (un petit goûter) typique!

Quelle tenue porter pour déambuler sans fin dans les rues ensoleillées?

Le plus gros piège de la ville l’été, ce sont bien entendu les rues dallées, impraticables en sandales à talons hauts. Prévoyez le coup si vous comptiez vous permettre dans de petites ruelles typiques… Les sandales plates sont une bonne option qui ont l’avantage de laisser vos pieds respirer. Sinon, robe ou pantalon feront l’affaire, avec un petit décolleté ou pas de manches pour vous permettre de bronzer un peu. Osez les lunettes de soleil, ça donne l’impression d’être en vacances!

Je n’ai pas de vacances et je travaille cet été; c’est grave?

On respire très fort. Ça va aller. Vous n’êtes pas tout seul dans ce cas. C’est pas drôle, mais au moins vous pourrez profiter tranquillement de votre ville à moitié vide. Enfin, si on enlève les touristes.

Argh, je suis en manque de verdure, il me faut absolument une bouffée d’air frais!

C’est le moment de sauter dans un train régional le dimanche, et d’aller passer la journée près d’un plan d’eau ou en forêt. On a testé le Lac Miribel près de Lyon, l’arrière-pays auvergnat près de Clermont-Ferrand, et les plages du Nord pas loin de Lille: génial pour se vider la tête et respirer du bon air!

On est d’accord, une ville en été, c’est toujours glauque non?

Mais pas du tout! La littérature et le cinéma ont beaucoup romancé les étés urbains pour en faire des lectures poétiques et légères comme une brise de saison, avec en fond le bruit du métro aérien et des voitures qui klaxonnent. On pense bien sûr à Paris au mois d’août, un roman de Réné Fallet adapté au cinéma en 1966 avec Charles Aznavour dans le rôle-titre, qui raconte l’histoire d’un homme resté seul sans sa famille partie en vacances.

Mais notre coup de cœur, c’est La traversée de l’été, un roman de l’Américain Truman Capote, qui décrit la rencontre d’une fille de bonne famille avec un jeune garagiste dans le New-York des années 1960. Ce roman a été retrouvé lors d’une vente aux enchères et publié de manière posthume… Un petit frisson de mystère entoure cet écrit de jeunesse qui vous fera considérer les villes en été autrement!

Bon, et si vous avez trop chaud et que vous vous demandez si ce n’est pas une conséquence directe du réchauffement climatique, pourquoi ne pas revoir Le Jour d’Après? Coup de frais assuré!

Comment gérer le métro quand il fait 35 degrés dehors?

Déjà, dans la mesure du possible, évitez les heures de pointe… Que ce soit celles du travail, ou celles des touristes (autour de neuf heures du matin). Dans la même veine, essayez d’éviter les lignes les plus touristiques (par exemple, les lignes 1 ou 7 à Paris). Mais quand faut y aller… Tablez sur des vêtements légers qui ne collent pas. Essayez de vous placer contre une porte qui ne s’ouvre pas, si vous n’avez pas de place assise. Cela limitera le contact avec vos congénères humains, et donc le transfert de chaleur. Un éventail peut servir à donner un petit coup de frais. Courage!

Même si je ne quitte pas ma ville, j’envoie tout de même des cartes postales?

Mais bien sûr! Elles feront toujours plaisir à leur destinataire, même si elles ne viennent pas des quatre coins du monde. En plus, avec les timbres artistiques de la Poste (même prix que les classiques), vous pouvez décorer vos courriers avec une petite touche de fantaisie… On a acheté la planche Les légumes verts, et on ne regrette pas!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s